Lutte contre le dopage : accord entre l’UCI et l’AFLD

Valérie fourneyron  uci

L’Union Cycliste Internationale (UCI) a annoncé lundi 29 avril 2013 avoir trouvé un accord avec l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD), pour l’orga­ni­sa­tion des contrô­les anti­do­page sur les prin­ci­pa­les cour­ses cyclis­tes se dérou­lant en France en 2013.

Réaction de Valérie FOURNEYRON, Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative.

« En tant que minis­tre des Sports, mais aussi repré­sen­tante de l’Europe au comité exé­cu­tif de l’Agence Mondiale Antidopage, je me réjouis de l’accord inter­venu aujourd’hui entre l’Union Cycliste Internationale et l’Agence Française de Lutte contre le Dopage. C’est l’abou­tis­se­ment posi­tif de plu­sieurs mois de négo­cia­tions aux­quel­les le minis­tère a lar­ge­ment par­ti­cipé pour ren­for­cer la trans­pa­rence des contrô­les anti­do­page.

Cet accord confère à l’agence fran­çaise une plus grande indé­pen­dance pour exer­cer des contrô­les sur l’ensem­ble des cour­ses cyclis­tes inter­na­tio­na­les qui se dérou­lent en France, ainsi qu’un accès com­plet aux infor­ma­tions rela­ti­ves à la géo­lo­ca­li­sa­tion et au pas­se­port bio­lo­gi­que des cou­reurs enga­gés.

Il cons­ti­tue donc une excel­lente nou­velle pour le sport et une excel­lente nou­velle pour le Tour de France. Il mar­que le pre­mier pro­grès tan­gi­ble dans la lutte contre le dopage dans le cyclisme depuis que l’affaire Armstrong a éclaté.

Il était essen­tiel qu’un signal fort soit envoyé à l’occa­sion du 100e Tour de France, pour mon­trer que la pro­messe du « plus jamais ça » trouve une tra­duc­tion dans les faits.

Cette exi­gence d’une trans­pa­rence et d’une intran­si­geance accrues en matière de lutte contre le dopage doit s’exer­cer dans tou­tes les dis­ci­pli­nes spor­ti­ves. A l’ins­tar de ce que nous voyons dans les négo­cia­tions qui vien­nent d’abou­tir entre l’UCI et l’AFLD, je sou­haite que soit repen­sée la répar­ti­tion des rôles entre les fédé­ra­tions et les auto­ri­tés publi­ques natio­na­les et inter­na­tio­na­les indé­pen­dan­tes de lutte contre le dopage. On ne peut lais­ser aux seu­les fédé­ra­tions spor­ti­ves la res­pon­sa­bi­lité de lut­ter contre le dopage et mener la poli­ti­que de contrôle ; la res­pon­sa­bi­lité de pro­mou­voir un sport et, en même temps, de devoir le contrô­ler.

Revoir cette répar­ti­tion des rôles entre les fédé­ra­tions et les agen­ces indé­pen­dan­tes, confor­tées par les gou­ver­ne­ments, est le seul moyen de cou­per court à la sus­pi­cion qui empoi­sonne cer­tai­nes mani­fes­ta­tions et la seule garan­tie d’indé­pen­dance pos­si­ble.  »

Dernière mise à jour le 29 avril 2013

Le ministère en charge des sports s’appuie sur un réseau de services déconcentrés, pour être au plus proche des territoires et des usagers, et d’établissements publics nationaux, pour répondre aux enjeux d’accompagnement et d’expertise.
Découvrir notre réseau

Espace dédié à la presse. Inscrivez-vous aux alertes presse : Retrouvez tous les communiqués, les discours, les vidéos, les contacts et l’agenda de la Ministre, Roxana Maracineanu
Accéder à l’espace presse

Portail ministériel d’information sur les associations et la politique associative de l’État, guide d’informations pratiques et base documentaires. Créer votre association - Guides pratiques, etc.
Découvrir le site Associations.gouv.fr

Priorité Jeunesse : les études, les formations, le logement, le travail, la santé, la mobilité international, des informations pour répondre à vos questions.
Découvrir le site Jeunes.gouv.fr

Restons en Contact