Présentation des grands axes de la diplomatie sportive

15 janvier 2014

Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, et Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, ont présenté, jeudi 15 décembre, leur plan d’actions pour assoir la place du sport dans la diplomatie économique et d’influence de la France.

C’est un rendez-vous fondateur pour la politique internationale du sport français qui s’est déroulé ce jeudi 15 janvier au ministère des affaires étrangères. Et il y avait du - très - beau monde au Quai d’Orsay. Sportifs (Laura Flessel, Marie-José Perec, Edgard Grospiron, Lucie Décosse, Thomas Bouhail...), présidents de fédérations, représentants du mouvement olympique sportif français, membre du CIO, organisateurs de grands événements sportifs mais aussi de nombreux parlementaires et ambassadeurs : toutes et tous étaient réunis dans l’un des salons du ministère pour assister à la présentation des grands axes de la diplomatie sportive française. Afin de positionner la France comme une véritable puissance sportive dans sa stratégie d’influence sur la scène internationale, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, et Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, ont décidé de mener une politique volontariste et de se doter d’un plan d’actions et de développement de la diplomatie sportive qui sera coordonné par l’ambassadeur désigné pour le sport, Jean Lévy. « C’est pourquoi nous sommes réunis ici, a annoncé Laurent Fabius. Pour lancer officiellement cette mobilisation du réseau diplomatique, en présence de nos ambassadeurs en poste dans les pays à forts enjeux sportifs et aux côtés du ministère des sports, du mouvement sportif, des collectivités locales, des représentants d’entreprises. Nous le faisons dans le respect de l’indépendance du mouvement sportif, principe fondamental, que la France a contribué à élaborer, et auquel nous sommes tous profondément attachés. »

Un plan d’actions avec cinq objectifs

Ce plan poursuit cinq objectifs : améliorer l’attractivité du territoire français en matière de grands événements sportifs ; accroître le nombre de représentants de la France dans les instances sportives internationales ; promouvoir le français en tant que langue officielle du mouvement olympique ; diffuser nos positions sur l’éthique dans le sport ; positionner les entreprises françaises sur les marchés liés au sport à l’étranger. « Si nous voulons que la France réussisse sur le plan sportif et accentue son rayonnement à l’international, il faut mettre en place une diplomatie sportive organisée, a assuré Laurent Fabius. La France est une puissance sportive identifiée par ses événements et ses champions. C’est en ayant conscience de ces atouts que nous devons, à l’heure de la concurrence mondialisée, modifier notre approche, nos modes de fonctionnement et tirer les leçons du passé, non seulement pour préserver, mais surtout pour amplifier notre rayonnement en matière sportive. Nous avons donc décidé d’unir nos forces et mettre sur pied une organisation pour servir le sport et l’influence de la France dans le monde, car les deux sont liés.  » Un travail d’équipe, une approche concertée et coordonnée afin que le réseau diplomatique soit mobilisé autour de la question sportive et que le sport devienne un point d’appui pour la stratégie diplomatique d’influence et de rayonnement de la France. Plus tôt dans la matinée, une séance de travail avait d’ailleurs déjà réuni les membres du Comité Français du Sport International (CFSI), dirigé par Bernard Lapasset, le Directeur des Sports, les représentants du mouvement sportif, Jean Levy et les ambassadeurs des principaux pays qui font la carte du sport international afin de déterminer une feuille de route commune. « Des instructions vont être données à l’ensemble des ambassadeurs de France pour qu’ils prennent davantage en compte à l’avenir le sport dans leur pays de rattachement, explique Laurent Fabius. Jean Lévy va notamment leur demander d’avoir un référent sport chargé d’accueillir les sportifs et les entreprises et de promouvoir le sport tricolore. Dans les faits, la France entend avec ce plan accroître le nombre de ses représentants dans les instances sportives internationales, diffuser ses positions sur les questions éthiques, notamment en matière de dopage, et bien positionner les entreprises françaises sur les marchés liés au sport à l’international. »

« La France a une histoire, des atouts et des projets que nous devons mettre en avant, a rappelé Valérie Fourneyron. Et être une grande nation passe aussi par le sport qui offre une visibilité sans équivalent. Pour la première fois, de manière durable, concertée, l’ensemble du réseau diplomatique de la France est mobilisé pour la réussite de la stratégie française du sport à l’international.  » « La France souhaite être impliquée sur les enjeux institutionnels du sport, au sein de l’Union européenne, du conseil de l’Europe, de l’Unesco, a poursuivi la ministre. Dans tous les pays, il est nécessaire que les ambassadeurs soient attentifs à connaître les acteurs du monde sportif, entretenir des liens de confiance durable avec les décideurs de la gouvernance sportive mondiale.  »

Une stratégie qui porte déjà ses fruits

Si la stratégie mise en place ces derniers mois, avec notamment la création du CFSI et de nombreuses structures complémentaires (un bureau de l’économie du sport et du sport professionnel, un délégué au grands événements sportifs, un ambassadeur pour le sport...) commence déjà à porter ses fruits « par exemple en Azerbaïdjan, où l’ambassadeur de France s’est mobilisé et nous a mobilisés pour permettre aux entreprises françaises de remporter des marchés dans la perspective des Jeux européens de Bakou en 2015 », a indiqué la ministre, le renforcement de ces synergies communes et la mobilisation de l’ensemble des acteurs du monde du sport, à commencer par ceux de l’Etat, devrait permettre au sport français d’affirmer un peu plus encore son influence sur la scène internationale.

Télécharger le rapport.

PHOTOS H.HAMON MSJEPVA

Le ministère en charge des sports s’appuie sur un réseau de services déconcentrés, pour être au plus proche des territoires et des usagers, et d’établissements publics nationaux, pour répondre aux enjeux d’accompagnement et d’expertise.
Découvrir notre réseau

Espace dédié à la presse. Inscrivez-vous aux alertes presse : Retrouvez tous les communiqués, les discours, les vidéos, les contacts et l’agenda de la Ministre, Roxana Maracineanu
Accéder à l’espace presse

Portail ministériel d’information sur les associations et la politique associative de l’État, guide d’informations pratiques et base documentaires. Créer votre association - Guides pratiques, etc.
Découvrir le site Associations.gouv.fr

Priorité Jeunesse : les études, les formations, le logement, le travail, la santé, la mobilité international, des informations pour répondre à vos questions.
Découvrir le site Jeunes.gouv.fr

Restons en Contact