La neige pour tous, pourquoi, comment ? Des Jeux de Chamonix (1924) aux Jeux d’Albertville (1992)

- Journée d’études du Comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports 21 novembre 2012.

Le Comité d’histoire des ministères chargés de la Jeunesse et des Sports (CHMJS) a organisé le 21 novembre 2012 une journée d’études intitulée « La neige pour tous, pourquoi, comment ? Des Jeux de Chamonix (1924) aux Jeux d’Albertville (1992) ». Pierre FRANÇOIS, président du Comité d’histoire, a introduit la journée.

Adossé aux Jeux olympiques d’hiver aux caractéristiques très différentes en 1924 puis en 1992, le développement rapide de ce loisir sportif a sollicité les pouvoirs publics, État et collectivités locales, tout autant que la croissante économie du tourisme. Ainsi l’aménagement de la montagne, l’innovation pédagogique (les classes de neige), la professionnalisation d’un encadrement spécifique, la régulation des flux de publics divers et leur mise en sécurité ont été autant d’axes d’analyse retenus par les organisateurs, bien conscients par ailleurs de l’insuffisance d’une seule journée pour toutes ces problématiques.

Après une introduction par Philippe CALLÉ, inspecteur de la jeunesse et des sports, docteur en science politique,

Marianne LASSUS, agrégée d’histoire et auteure d’une thèse « L’invention d’un ministère, Jeunesse et sports ; 1928-1948 » a présenté les évolutions ministérielles sur le sujet, avec les jalons législatifs marquants (lois sur l’enseignement du ski, par exemple ).

À sa suite, Thierry TERRET, professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1 et directeur du centre de recherche et d’innovation sur le sport, a livré le fruit de ses recherches sur les divers aspects du développement socio-économique consécutif aux Jeux olympiques de Grenoble.

Georges PACQUETET, ancien directeur de l’office du tourisme de Haute-Savoie, a brossé un panorama très documenté et vivant de l’essor du ski de fond dans son département, des scolaires (le tiers temps pédagogique et les classes de neige) au « sport pour tous », mettant en exergue les actions des collectivités, de l’éducation nationale et des associations.

Lui succédant, Pierre LARRE, inspecteur de la jeunesse et sports, ancien directeur technique national, rappela l’histoire particulière du ski de fond, d’abord loisir sportif de proximité dans des zones géographiques limitées, puis véritable outil de développement économique et social .

Enfin Jacques THIOLAT, inspecteur principal de la jeunesse et des sports et ancien directeur de l’union des centres de plein air (UCPA) de 1984 à 1988 qu’il définit comme une « entreprise associative », présenta la mission et les actions tout à fait originales de cette structure dans la démocratisation de l’accès à « la neige » auprès des jeunes.

Un débat permit de terminer la matinée en revenant sue quelques aspects des exposés du matin.

Marianne LASSUS a brièvement présenté les intervenants et les thèmes de l’après-midi, situés dans les perspectives de l’Union européenne, avec la question des formations et diplômes pour l’enseignement d’une part, puis l’abord des aspects plus strictement pédagogiques, toujours présents dans l’histoire du ministère Jeunesse et des Sports, d’autre part.

Arnaud PINGUET, inspecteur de la jeunesse et des sports, en charge de la mission européenne et juridique à la prestigieuse École nationale des sports de montagne (ENSA) a ouvert les travaux de l’après-midi avec le sujet, complexe et toujours actuel, de la réglementation des diplômes, depuis la loi de 1948, en démontrant la nature plurielle des enjeux en présence.

Sébastien LAFFAGE-COSNIER, agrégé d’EPS et doctorant, est entré dans la vision pédagogique en relatant « L’expérience de Vanves, 1953 » (NB : voir également le film du ministère de l’Éducation nationale, direction générale de la jeunesse et des sports « L’école de demain », tenue pour « L’invention des classes de neige ».

Pierre PARLEBAS, professeur des universités, a poursuivi dans l’analyse éducative, en replaçant les apprentissages techniques du ski dans la problématique des finalités éducatives ; sa riche expérience aux centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active (CEMÉA) a été mise à contribution dans un exposé très complet.

Un second débat a enrichi les confrontations d’idées, illustrant par l’exemple du Jura les thèmes précédemment développés, ou complétant la discussion par les apports - ou les oppositions, réelles ou supposées - du monde sportif et du monde éducatif.

Philippe CALLÉ a tenté une synthèse des travaux, montrant le rôle multiforme et non-exclusif du ministère de la Jeunesse et des Sports dans cette conquête de « La neige pour tous ».

Pierre FRANÇOIS, a conclu la journée d’études en soulignant l’intérêt de la thématique abordée, en remerciant les intervenants, et en espérant que la méthode de travail privilégiée par le Comité - des témoignages d’acteurs-experts et des travaux universitaires - ait produit des résultats à hauteur des attentes.

Dernière mise à jour le 15 mars 2019

Le ministère en charge des sports s’appuie sur un réseau de services déconcentrés, pour être au plus proche des territoires et des usagers, et d’établissements publics nationaux, pour répondre aux enjeux d’accompagnement et d’expertise.
Découvrir notre réseau

Espace dédié à la presse. Inscrivez-vous aux alertes presse : Retrouvez tous les communiqués, les discours, les vidéos, les contacts et l’agenda de la Ministre, Roxana Maracineanu
Accéder à l’espace presse

Portail ministériel d’information sur les associations et la politique associative de l’État, guide d’informations pratiques et base documentaires. Créer votre association - Guides pratiques, etc.
Découvrir le site Associations.gouv.fr

Priorité Jeunesse : les études, les formations, le logement, le travail, la santé, la mobilité international, des informations pour répondre à vos questions.
Découvrir le site Jeunes.gouv.fr

Restons en Contact