www.sports.gouv.fr
1. Rôle du CFSI
jeudi, 13 juin 2013

Conformément à la mission confiée à son président, Bernard Lapasset, le 5 décembre 2012 par Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, le Comité Français du Sport International (CFSI), placé auprès du CNOSF, assure la cohérence globale et la conduite de la stratégie française en matière de relations internationales sportives.

Ses actions visent à faire de la France « une terre d’accueil de premier plan pour les plus grands événements sportifs internationaux » et nourriront son ambition olympique et paralympique. « Nous avions besoin d’une cohérence d’actions et d’un acteur légitime pour porter cette ambition, explique la ministre. L’installation de ce Comité, animé par la seule volonté d’être efficace, pragmatique et opérationnel, est la preuve de notre détermination collective. »

Le rôle du Comité Français du Sport International s’articule autour de trois objectifs :

Le CFSI présente une composition large et inédite, représentative de la diversité et de la richesse du sport au sein de la société, avec des membres de droit - les membres français du Comité International Olympique dont Guy Drut présent lors de la réunion de lancement ; la ministre chargée des sports ; le Président du Comité National Olympique et Sportif Français ; le Président du Comité Paralympique et Sportif Français -, sept représentants du mouvement sportif français ; sept représentants de l’État (dont les ministères des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et du Tourisme) ; cinq représentants des collectivités territoriales et trois représentants du monde économique. « Pour la première fois, en plus des représentants du monde sportif dans sa diversité sont associés les acteurs qui ont été souvent cantonnés à la périphérie des réflexions sur ce que doit être une stratégie performante d’accueil des grands événements, notamment les collectivités locales, premiers financeurs publics du sport français et premières concernées par l’accueil d’un grand événement sportif. Il s’agit également le monde économique, représenté par le MEDEF et la CGPME », précise la ministre, Valérie Fourneyron. « La réunion de l’ensemble de ces acteurs autour du mouvement sportif va nous offrir de nouveaux arguments pour porter un message fort et donner du sens à nos futures candidatures », renchérit Bernard Lapasset.

La mise en place du CFSI permet de clarifier les rôles et responsabilités respectifs du mouvement sportif et de l’État sur la scène sportive internationale, notamment dans la perspective de développer l’intelligence sportive et d’accroître l’apport du monde économique et des collectivités territoriales dans la stratégie de la France.

Au cours de la réunion de lancement, en avril 2013, Bernard Lapasset a présenté les orientations stratégiques du CFSI en matière d’influence au sein des instances internationales sportives et d’accueil de grandes manifestations sportives en France. Cinq premiers grands axes ont été annoncés :

Le rôle du CFSI est d’optimiser les synergies entre les différentes structures représentées pour mettre en œuvre le plan d’actions défini lors de ces échanges. « Il important que nous puissions beaucoup mieux partager, que l’ensemble de nos filières d’excellence en matière d’emplois, d’économie dans le sport soient mises en avant », admet la ministre.

Pour accomplir sa mission de promotion du sport français à l’international, le CFSI s’appuie également sur des « Ambassadeurs du sport » : sportifs, cadres ou dirigeants qui, par leur expérience et leur notoriété, pourront appuyer la stratégie sportive internationale de la France.

Le bureau du CFSI se réunira tous les 3 mois et des séances plénières auront lieu au moins deux fois par an.