www.sports.gouv.fr
Chiffres clés de l’homophobie dans le sport
vendredi, 11 décembre 2015
img

Retour sur quelques études relatives aux discriminations homophobes dans le domaine du sport.

Source : étude réalisée sur demande du Paris Foot Gay auprès de 363 joueurs de Ligue 1, Centres de formation et joueurs amateurs

- La principale discrimination dans le football professionnel est l’homophobie. Le constat est plus important dans les centres de formation
- 41% des joueurs professionnels et 50% des joueurs de centres de formation ont exprimé une opinion hostile à l’homosexualité
- L’homosexualité est un tabou chez 63% des joueurs professionnels et chez 74% des jeunes joueurs

Source : étude réalisée sur demande de la DRJSCS Aquitaine auprès de 922 sportifs de 23 disciplines en 2010/2011

- 50,6% des sportifs hommes ont déclaré une attitude négative ou ambigüe envers les gays
- Plus les hommes s’identifient comme sportifs plus ils sont homophobes
- Les sportifs pratiquant un sport « dit masculin » sont les plus négatifs envers les homosexuels
- Les sportifs en compétition sont plus homophobes que les sportifs qui ont une pratique en loisirs
- Les sportifs inscrits dans les filières haut niveau sont aussi plus intolérants vis-à-vis de l’homosexualité
- Plus les hommes connaissent des personnes homosexuelles plus ils sont tolérants
- Les sportives sont plus hostiles aux gays qu’envers les lesbiennes mais dans des proportions moindres en comparaison avec les sportifs hommes
- Les sportives sont plus tolérantes envers les homosexuels quand elles ont des amis homosexuels
- Aucun effet par rapport au niveau de pratique ou du type de sport
- L’homophobie dans le sport reste un sujet tabou.

Source : Observatoire des incivilités de la Fédération Française de basket-ball, période octobre 2014 à Avril 2015

- 21 actes à caractère homophobe, à l’encontre d’arbitres (12), de joueurs (6), autres (3)
- 15 des incivilités se sont produites sur un match masculin, 6 sur un match féminin
- 16 chez les Seniors, 3 chez les U20, 1 chez les U18, 1 chez les U15
- 6 au niveau départemental, 9 au niveau régional, 6 au niveau national
- 15 actes se sont déroulés pendant la rencontre, 6 après la rencontre.

Source : étude sur l’homophobie dans le sport en Seine-Maritime depuis novembre 2014

- 41% des entraîneurs de groupes masculins ont déclaré des opinions très positives envers les gays
- 66% des entraîneurs de groupes féminins ont déclaré des opinions très positives envers les lesbiennes
- Selon les entraîneurs des garçons, ce sont les sportifs les plus hostiles aux homosexuels