www.sports.gouv.fr
Discours de Thierry Braillard - Voeux 2017
mardi, 24 janvier 2017

Discours pour les vœux Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports 24 janvier 2017 ***

Mesdames, Messieurs,

C’est avec émotion que nous vous présentons aujourd’hui la dernière cérémonie de vœux de ce quinquennat.

Emotion parce que - vous le savez - j’ai occupé, depuis bientôt 3 ans, la fonction qui m’a été confiée par le Président de la République avec beaucoup de plaisir, de passion, et d’enthousiasme.

Emotion mais aussi fierté, celle du chemin parcouru ces trois dernières années, celle du bilan, que je voudrais dresser rapidement devant vous, avec l’espoir que ceux qui nous suivront reprennent la flamme, et pas seulement la flamme olympique !

Car oui, je le crois, ensemble, Ministres, Agents du Ministère, de ses opérateurs et de ses établissements, Mouvement Sportif avec en premier lieu la présidente du CPSF et le président du CNOSF avec lesquels nous avons, je crois, tissé de vraies relations de confiance, présidents de fédérations nouvellement élus ou plus expérimentés, associations, bénévoles, parlementaires et élus, sportifs professionnels ou amateurs, mais aussi entreprises, nous avons fait avancer le sport français. Ce bilan est donc éminemment collectif.

Pour ma part, ma préoccupation constante aura été celle d’agir de manière concrète, de ne pas se contenter de petites phrases, de commentaires, mais de contribuer à façonner le sport de demain, un sport plus accessible, plus protecteur, plus éthique et plus compétitif. Un sport qui participe pleinement d’une société qui se veut éducative et inclusive.

Sous ce mandat, trois lois (et bientôt quatre je l’espère) auront ainsi été votées, et ce à l’unanimité. Dans le même temps, malgré un contexte budgétaire contraint, la hausse du budget consacré au sport aura été constante.

Merci à nos parlementaires de leur implication qui fut constante.

Le sport a joué un rôle majeur dans le Comité interministériel Egalité et Citoyenneté, convoqué au lendemain des attentats. Le sport s’est également invité à la plus grande conférence environnementale internationale. Cela n’a rien d’anecdotique.

Notre vision du sport, pour une société plus juste et solidaire, s’est organisée autour de trois priorités :

 Mieux accompagner et protéger les sportifs ;  Reconnaitre au sport son rôle majeur dans la cohésion sociale et l’insertion ;  Mieux réguler un sport qui doit être plus exemplaire et plus éthique.

***

La situation sociale et professionnelle des sportifs n’est pas un enjeu nouveau. Sur ce sujet essentiel, il fallait agir. Je pense pouvoir dire sans rougir que beaucoup a été fait ces trois dernières années pour protéger, accompagner nos sportifs de haut niveau et ne plus faire de leur précarité une fatalité.

Ils ne pouvaient être laissés de côté plus longtemps. La loi du 27 novembre 2015 sur le statut des sportifs a permis qu’ils puissent se préparer et exercer leur activité sportive sereinement :

• en améliorant considérablement leur couverture sociale ; • en leur offrant de nouveaux dispositifs d’accompagnement ; • en favorisant leur insertion professionnelle ; • en aménageant leurs études et leur scolarité ; • en améliorant leurs conditions de préparation vers l’excellence.

En parallèle, nous nous sommes fortement mobilisés pour le rapprochement entre les sportifs de haut niveau et les entreprises. Avec plus de 100 entreprises employant près de 190 sportifs, le Pacte de performance est aujourd’hui un vrai succès. Les derniers Jeux olympiques et paralympiques nous ont donné raison. Près d’un médaillé sur deux à Rio bénéficiait d’un contrat dans le cadre de ce dispositif.

J’en profite donc pour remercier toutes les entreprises engagées dans cette aventure et tous ceux qui y ont participé. Ce dispositif doit perdurer tant il est essentiel pour nos sportifs.

En Août dernier, j’ai pu observer l’engouement formidable que suscitent les Jeux Olympiques et paralympiques. Avec 42 médailles, la France a battu un nouveau record et prouvé, en se maintenant au septième rang mondial, qu’elle est plus que jamais une grande nation de sport.

Pour autant, le sport de haut niveau suppose la remise en question permanente. C’est dans cet esprit que j’ai lancé les Etats généraux du sport de haut niveau et dans leur prolongement, en décembre dernier, annoncé 10 mesures concrètement applicables pour transformer l’argent en or en accompagnant la « Génération 2024 ». Bien entendu, les mesures s’appliqueront dans les semaines qui nous restent, faites-moi confiance.

Pendant près de trois ans, nous avons aussi œuvré pour que le sport occupe la place qu’il mérite dans les différentes politiques publiques, parce qu’il est un vecteur essentiel de santé, d’éducation et de cohésion sociale, et j’ai vu comment le sport peut rassembler, offrir des opportunités d’insertion et favoriser la citoyenneté : • Avec le plan « Citoyens du Sport », créateur, depuis 2015 de plus de 400 emplois, souvent dans des quartiers prioritaires, • Avec, également, le programme « j’apprends à nager », dont ont pu bénéficier plus de 40 000 enfants à ce jour, • Avec notre action en faveur du sport santé, par la prescription médicale des activités physiques, • Avec, bien sûr, notre travail continu en matière de lutte contre toutes les formes de discriminations, • Avec le CNDS, qui a eu pour priorité de réduire les inégalités d’accès à la pratique sportive, notamment dans les territoires ruraux ou en Outremer, • Avec l’adaptation de notre organisation territoriale sportive au nouveau découpage administratif instauré par la loi NOTRe, et notamment le transfert des CREPS aux collectivités territoriales, • Avec la reconnaissance et le développement des moyens consacrés au handisport.

Nous avons tenu, avec Patrick Kanner, à prolonger ces démarches avec le plan héritage « Paris 2024 » doté, dès 2017, d’une enveloppe de 20 millions d’euros. Celui-ci permettra, très concrètement, de poursuivre notre action à travers : • la construction d’équipements de proximité partout sur le territoire ; • le soutien aux actions du tissu associatif local ; • la promotion du handisport ; • l’accompagnement des sportifs et des fédérations ; • ou encore la recherche technologique en faveur de l’optimisation de la performance.

La génération 2024, elle est présente, dès aujourd’hui, dans les stades et les salles, elle est spectatrice des nombreux grands événements sportifs internationaux organisés sur notre territoire, et qui font rayonner la France sur la scène internationale.

La France est douée d’un savoir-faire incontestable et jouit de la confiance des fédérations internationales pour l’organisation de grands événements écoresponsables, qui font notre fierté et s’inscrivent dans des politiques d’aménagement territorial, de développement économique et de cohésion sociale.

La France a accueilli l’Euro de basket en 2015, l’Euro de football en 2016, les championnats du monde de handball, depuis le 11 janvier dernier. Et ce n’est pas fini !

Cette année, la France accueillera des compétitions internationales de hockey sur glace, de canoë-kayak, de surf, de lutte, de ski nautique, avant le handball féminin, les gay games, la Ryder Cup en 2018, la coupe de monde de football féminine en 2019… Bref, la France est plus que jamais prête.

Plus que jamais, ai-je envie de dire, la France est prête pour accueillir les jeux olympiques et paralympiques.

Nous ne pouvons nous contenter du minimum quand il s’agit de préserver l’intégrité de nos compétitions ou le comportement des sportifs et de ceux qui les entourent. La France doit conserver son rôle de leader.

C’est pourquoi il m’a semblé capital de concrétiser les engagements internationaux de la France, notamment en matière de surveillance des paris sportifs et en matière de prévention et de lutte contre le dopage, avec un renforcement de la coopération internationale et un soutien fort à l’agence mondiale antidopage.

Il m’a ainsi semblé important de construire un arsenal législatif capable de sanctionner ceux qui portent atteinte aux valeurs du sport et de vanter un sport exemplaire et éthique. Plusieurs textes de loi soutenus par le Gouvernement ont permis :

• de mieux lutter contre le dopage, avec notre travail de transposition du code mondial antidopage de 2015 ; • de créer les conditions du dialogue avec les supporters et de combattre le hooliganisme, avec la loi du 10 mai 2016 ; • de préserver l’éthique du sport et de renforcer la régulation et la transparence du sport professionnel avec une proposition de loi, issue du rapport de la Grande Conférence sur le sport professionnel, votée à l’unanimité par les deux assemblées, et qui reviendra en lecture au Sénat dans moins d’un mois.

*** Tant a été fait pour prouver notre détermination, pour penser le sport de demain avec encore plus d’ambitions.

La perspective d’accueillir les Jeux Olympiques et paralympiques est une magnifique opportunité non seulement pour le sport français mais aussi, nous en sommes convaincus, pour toute la société française. Chacun de vous a mis son expertise, offert son expérience au service de la candidature et je veux saluer le sérieux du travail des équipes du GIP Paris 2024. Nous avons agi ensemble pour, au-delà de la victoire à laquelle nous aspirons tous en septembre 2017, penser le sport de demain avec des ambitions renouvelées.

L’Etat est déjà très fortement engagé aux cotés de la candidature. L’état sera également au rendez vous pour l’héritage des Jeux. Nous annoncerons vers la fin du mois de février un plan interministériel ambitieux pour imaginer la place du sport dans la société de demain. C’est en tous les cas un honneur pour moi, d’avoir pu servir le sport français et ses acteurs.

Ma passion pour le sport, profondément ancrée dans mon histoire personnelle, est encore renforcée aujourd’hui de tous ces moments exceptionnels que j’ai passé à vos cotés. J’ai, aujourd’hui, en toute humilité, la fierté d’avoir moi aussi contribué à ce que tous ces champions aient les moyens et l’envie de continuer à nous faire rêver. Et d’ores et déjà, pour 2017, je nous souhaite à tous une excellente année et de belles émotions sportives.

Vive le Sport et les Sportifs, Vive la République, Et Vive la France !

Télécharger le discours de Thierry Braillard