www.sports.gouv.fr
Comme un poisson dans l’eau
lundi, 23 octobre 2017
img

Lundi matin, la ministre Laura Flessel s’est rendue au centre aquatique de Bois-Colombes pour le lancement de l’opération « Comme un poisson dans l’eau ».

Lundi matin, la ministre Laura Flessel s’est rendue au centre aquatique de Bois-Colombes pour le lancement de l’opération « Comme un poisson dans l’eau ».

Comme chaque année, le Secours populaire et Récréa organisent une grande opération visant à permettre à 500 enfants issus de milieux défavorisés d’apprendre à nager. Il y a un enjeu social pour des enfants qui ne peuvent pas partir en vacances et qui bénéficient du dispositif pour aller à la rencontre de l’autre en dehors du cadre traditionnel de l’école. Il y a aussi, et surtout, un enjeu de sécurité. On mesure pleinement l’importance d’une telle opération lorsque l’on sait qu’en France, un enfant sur deux ne sait pas nager et que chaque année 254 enfants meurent de noyade, en bord de mer mais aussi en piscine. Chez les enfants de moins de 15 ans, la noyade accidentelle est la deuxième cause de décès.

La ministre a rappelé à quel point cette situation est inacceptable et à quel point il est primordial d’encourager toutes les démarches qui permettent d’éviter de tels drames. « Que les enfants apprennent à nager est une obligation. C’est un enjeu majeur d’un point de vue sécuritaire. »

L’éducation des jeunes générations vise à lutter contre ce qui apparaît plus globalement comme un phénomène de société. En effet, aujourd’hui en France, une personne sur cinq entre 15 et 85 ans ne sait pas nager. Les plus de 65 ans sont les plus touchés, 44% d’entre eux ne savent pas nager, avec une forte inégalité entre les femmes et les hommes, le pourcentage atteignant 58% chez celles-ci (contre 31% pour les hommes).

Depuis que l’opération existe, ce sont plus de 2 000 enfants qui ont ainsi appris à nager.

À Bois Colombes ce lundi matin, c’est une vingtaine d’enfants de 8 à 12 ans qui aura eu la chance de bénéficier des conseils du champion du monde Camille Lacourt lors de l’une de leurs cinq séances d’apprentissage.