www.sports.gouv.fr
Campagne sur la prévention du dopage accidentel des sportifs lié aux médicaments
jeudi, 28 juin 2018
img

Laura Flessel, ministre des Sports, a participé, jeudi 28 juin, au lancement de la nouvelle campagne sur la prévention du dopage accidentel des sportifs lié aux médicaments.

Le ministère chargé des Sports et le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens se mobilisent depuis plusieurs années pour participer activement à la prévention du dopage chez les sportifs : signature d’une convention en 2015 et campagne de santé publique sur le risque de dopage lié à la prise de compléments alimentaires en 2016. Pour concrétiser cet engagement sur le terrain de l’officine, l’Ordre, par l’intermédiaire du Cespharm (Comité d’éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française), a lancé, ce jeudi 28 juin, une nouvelle campagne de santé publique en présence de Laura Flessel.

Cette campagne est la concrétisation d’une réponse publique, fruit de la collaboration entre différents acteurs engagés dans lutte contre le dopage et les conduites dopantes que sont le ministère des Sports, le conseil de l’ordre des pharmaciens par le biais du Cespharm et la Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA)

Des outils sont désormais mis à la disposition des pharmaciens et des sportifs pour les accompagner dans cette démarche préventive.

Lorsqu’ils sont malades, les sportifs amateurs ou professionnels peuvent avoir recours, sans le savoir, à un médicament considéré comme dopant. Toutefois, quelle que soit la circonstance, le sportif est objectivement responsable de toute substance décelée dans son échantillon biologique. La seule présence d’une substance interdite suffit à caractériser une violation des règles antidopage. Il est donc essentiel que le sportif s’assure auprès de son pharmacien, spécialiste du médicament et de son bon usage, que le traitement envisagé ne contient pas d’actif inscrit sur la liste des produits dopants. Lorsque l’état de santé du sportif impose un traitement médical comprenant une ou plusieurs substances ou méthodes interdites, le sportif peut bénéficier d’une Autorisation d’Usage à des fins Thérapeutiques (AUT), qui lui permet de se soigner sans risquer de sanction disciplinaire ou pénale.

La prévention du dopage fait l’objet d’une réponse coordonnée au sein d’une stratégie plus vaste qui porte sur le sport santé. L’un des objectifs généraux de cette stratégie prochainement publiée est de prévenir le dopage et les conduites dopantes dans les activités physiques et sportives. La mise en oeuvre du plan national de prévention du dopage et des conduites dopantes du ministère des sports pour 2018-2024 constitue l’une de mesures spécifiques de la stratégie. En cours de finalisation, le plan prévoit des actions en direction des sportifs comme celle qui est aujourd’hui initiée avec les pharmaciens.

Découvrez l’ensemble de la campagne et les outils sur le site du Cespharm