www.sports.gouv.fr
Séminaire de la Commission européenne sur les spécificités du sport européen
jeudi, 19 décembre 2019
img

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a participé le 17 décembre au séminaire sur les spécificités du sport européen, organisé par la Commission européenne à Bruxelles.

Face à la multiplication des compétitions fermées, au nombre toujours plus important d’organisateurs dédiés à ce type d’évènement, et au bouleversement qui s’ensuit pour les modes traditionnels d’organisation du sport tels que nous les connaissons en Europe, la Commission européenne a organisé un séminaire rassemblant États membres et mouvement sportif sur le thème des « spécificités du sport européen ».

Ayant pour première ambition d’avancer vers une définition commune et concrète des spécificités du modèle sportif européen, ce séminaire s’est tenu ce mardi 17 décembre à Bruxelles, en présence de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, et a permis de dégager plusieurs pistes de réflexion intéressantes, d’échanger autour des perceptions des différents acteurs et de confronter les points de vue.

« Les spécificités du sport me semblent pouvoir constituer la pierre angulaire de la politique sportive européenne ambitieuse que tous ensemble nous appelons de nos vœux, a rappelé la ministre lors de son discours d’introduction à la deuxième table ronde « Comment la spécificité du sport est prise en compte au niveau national ? ». « La priorité est d’avancer concrètement dans l’évolution de nos règles communes au plan européen et ainsi de donner un contenu précis et partagé à cette notion de spécificités du sport, au-delà des interventions ponctuelles, au cas par cas, des instances de l’Union européenne. Il me paraît indispensable de resserrer encore davantage le dialogue - je devrais dire le trilogue ! - solidaire entre Etats, mouvement sportif et Union européenne, et de le rendre permanent pour assurer notre avenir commun et celui du sport européen. »

Le Centre de droit et d’économie du sport de l’Université de Limoges a profité de ce séminaire pour présenter sa récente étude, commandée par le ministère des Sports avec le syndicat des entraineurs professionnels et le Comité national olympique et sportif français, et consacrée à caractériser ce qui fait la spécificité du modèle dit « européen » du sport, et à recenser les enjeux induits par l’apparition d’acteurs concurrents à ceux du mouvement sportif.

« Tout en tenant compte des enjeux liés à l’émergence de ces nouveaux modèles de compétition, nous devons protéger notre modèle fédéral européen fondé sur des principes d’ouverture et de solidarité, et maintenir un haut niveau d’exigence vis à vis de celui-ci, a confirmé la ministre. Cette exigence doit être partagée par tous les acteurs : en matière de transparence financière, de lutte contre le dopage, les violences et les discriminations et pour une plus grande implication des athlètes, des entraîneurs et des arbitres à la gouvernance, aux décisions qui les concernent et au contrôle des instances qui font vivre leur sport. »