Activités terrestres

via ferrata

Dans cette rubrique

Randonnée pedestre

Respectez toujours ces quelques conseils pour une pratique de la randonnée pédestre en toute sécurité.

  • Apprenez à reconnaître le balisage des sentiers de randonnée et à lire une carte.
  • Choisissez votre itinéraire en fonction de votre condition physique et de votre expérience. Adaptez-le aux difficultés rencontrées : dénivelé, terrain, météo…
  •  Vérifiez que les conditions sont réunies pour pouvoir partir en toute confiance :

- L’ensemble des pratiquants est bien équipé, en bonne condition physique et motivé pour la randonnée ;

- La météo du jour est favorable et le terrain est praticable ;

- Le parcours est adapté au niveau le plus faible du groupe ;

- Si un problème survient, il est possible de faire demi-tour ou de suivre un itinéraire plus facile et plus court.

  • Soyez particulièrement vigilant avec les enfants. Ils ont tendance à se dépenser sans compter, à se déshydrater et à s’épuiser rapidement. Soyez également vigilant avec les tout-petits lorsque vous les transportez sur le dos (risques de coups de soleil, déshydratation, refroidissements, etc.).
  • La durée indicative d’un parcours peut être calculée sur une base d’environ 3 à 4 km/h, pour un dénivelé moyen de 300 mètres par heure, à moduler en fonction de votre forme et de votre niveau.
  • Quelle que soit votre activité, respectez toujours les autres pratiquants. Randonneurs, bikers, trailers : tous passionnés de nature, tous respectueux de l’autre.  

Pour en savoir plus : 

VTT

Retrouvez ci-dessous les conseils de sécurité et les outils de prévention pour que le VTT reste un plaisir en montagne.

 

Conseils de sécurité

  • Apprenez les bons gestes auprès d’un spécialiste (professionnel, club,...) notamment si vous débutez.
  • Avant chaque sortie, vérifiez l’état de votre vélo :
  • serrages, pression des pneus, freins, direction, niveau de charge de la batterie pour les VTT à assistance électrique...
  • Portez un casque adapté à la taille de votre tête, ajustez et fermez correctement les sangles.
  • Si vous circulez sur la voie publique, le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans.
  • Concernant le VTT de descente et d’Enduro, ne vous y engagez pas sans avoir été initié(e) à cette pratique très spécifique et utilisez un équipement adapté : casque intégral, gants, coudières, genouillères, protège-tibias, protection dorsale.
  • Pensez à vous équiper d’un avertisseur sonore afin de pouvoir signaler votre présence aux autres usagers.
  • Emportez une trousse de réparation, (pompe, rustine, dérive-chaîne, maillon rapide, etc.).
  •  Choisissez de préférence les chemins balisés et suivez la signalétique en place.
  • Baissez systématiquement la selle avant d’aborder une descente, afin de diminuer le risque de chute.
  • Adaptez votre vitesse en toutes circonstances et éventuellement, descendez du vélo à l’approche d’une section dangereuse ou trop difficile.
  • Quelle que soit votre activité, respectez toujours les autres usagers de la montagne.
  • Randonneurs, bikers, trailers : tous passionnés de nature, tous respectueux de l’autre.
  • A l’approche d’un troupeau et des chiens de protections (Patou), gardez vos distances et surveillez votre comportement !
  • Lors de conditions météorologiques défavorables, l’intervention des secours peut devenir plus longue et plus délicate.  

Le VTT à assistance électrique

Le VTT à assistance électrique (VTTAE) connait un engouement croissant du public. Il permet en effet de faire tomber les barrières de la difficulté physique de cette discipline sportive en offrant à un plus large public la possibilité d’effectuer des balades, voire de plus longues randonnées. Le VTT et le plaisir qu’il procure (contemplation de différents paysages en une balade par exemple) n’est donc plus réservé aux sportifs aguerris et attire dorénavant de nouveaux usagers qui, sans l’assistance, auraient eu crainte de s’essayer à la pratique, la considérant comme trop physique. Plus qu’une ouverture à un public plus large, l’assistance électrique est de fait un moyen pour le VTT de devenir une pratique se faisant en groupe, et non plus individuellement.

Conseils spécifiques pour la pratique du VTTAE  

  • Ne surestimez pas votre niveau, l’assistance ne supprime en aucun cas les difficultés techniques que requiert la pratique du VTT : risque de chute ou de poursuivre à pied si l’itinéraire est non adapté à son niveau. Faites appel à un professionnel pour votre première mise en main.
  • Le poids du VTTAE, plus important qu’un VTT classique, constitue une difficulté supplémentaire et rend les portages quasiment impossibles.
  • Lorsqu’il faut pousser le vélo, pensez à utiliser le mode d’assistance « marche » (mode walk), qui permet de faire avancer le vélo jusqu’à 6 km/h.
  • Veiller à l’autonomie du vélo. Le froid peut engendrer une baisse rapide de votre batterie.

Quelle réglementation pour le VTTAE ? 

La norme Européenne AFNOR NF EN 15194 de janvier 2012 est précise : les cycles à assistance électrique doivent être dotés d’une puissance nominale continue maximale de 0,25 kW. L’alimentation est réduite progressivement, et finalement interrompue lorsque le véhicule atteint une vitesse de 25 km/h, ou si le cycliste arrête de pédaler. Dès lors que ces valeurs sont dépassées, le véhicule est considéré comme un cyclo-moteur.

Le Fat bike

Le fat bike est un VTT équipé de pneus surdimensionnés et sous gonflés afin d’assurer une bonne portance et une progression facilitée sur terrain meuble et fuyant comme la neige ou le sable.

Conseils spécifiques Fat Bike :

  • Eté comme hiver, le fat bike nécessite des itinéraires adaptés. Je me renseigne et respecte les parcours conseillés.
  • Je ne dégrade pas la surface de la piste en effectuant des glissades : « Ride, Don’t slide* ».
  • « Roulez, ne glissez pas »  

Affiche de prévention

VTT à Assistance électrique : quelle autonomie ?

Quel itinéraire choisir en VTT à assistance électrique ?

C’est difficile le VTT à assistance électrique ?

VTT : piste de descente/sentier partagé, l’engagement est différent

Evaluez votre niveau

Etes-vous bien équipés ?

Choix des pistes de descente

Leçon de pilotage : le freinage

Pour en savoir plus

Escalade

Pratiquer et progresser en autonomie implique la connaissance des techniques de sécurité : se former est le meilleur gage de sécurité. Si vous êtes débutant(e), contactez un professionnel ou un club afin qu’il vous initie. Même si vous êtes expérimenté(e), n’oubliez pas les précautions suivantes.

  • Informez-vous (topo) et choisissez des voies d’escalade adaptées à votre niveau de pratique et celui de votre compagnon de cordée.
  • Portez un casque.
  • Utilisez du matériel d’escalade récent et en bon état : vérifiez la notice du fabricant pour connaître les critères de bonne utilisation.
  • Respectez toutes les règles de sécurité et vérifiez pour chaque manœuvre sa bonne réalisation.
  • Encordez-vous à l’aide d’un nœud en 8 suivi d’un nœud d’arrêt : ne vous laissez jamais distraire pendant que vous faites votre nœud.
  • Vérifiez avec votre partenaire de cordée votre nœud et le système d’assurage avant de commencer à grimper.
  • Faites toujours un nœud en bout de corde ou attachez la corde.
  • Soyez toujours attentif à votre partenaire pendant que vous l’assurez.
  • Pour davantage d’informations, consultez le site de la Fédération française de la montagne et de l’escalade : www.ffme.fr

Via ferrata

Pratiquer et progresser seul implique la connaissance des techniques de sécurité : se former est le meilleur gage de sécurité. Si vous êtes débutant, contactez un professionnel ou un club pour qu’il vous initie. Même si vous êtes expérimenté, n’oubliez pas les précautions suivantes.

  • Informez-vous (panneau, topo, office du tourisme) et choisissez une via ferrata adaptée à votre condition physique et à celle de vos compagnons. Un dénivelé de 200 mètres est le maximum pour une personne non sportive.
  • Votre équipement doit toujours comprendre :

- Un casque ;

- Un baudrier d’escalade muni d’une longe de via ferrata équipée de 2 mousquetons et d’un absorbeur d’énergie ;

- Une paire de gants résistants et des chaussures légères de randonnée.

  • Tout au long du parcours, pour votre sécurité :

​​​​​​​- Conservez la longe toujours mousquetonnée sur la ligne de vie avec-au moins un mousqueton « clippé » lors du passage des ancrages ;

- Rester toujours attentif et vigilant.

Cyclisme

La pratique du cyclisme sur la voie publique implique le respect mutuel des différents usagers de la route mais aussi d’un certain nombre de règles de sécurité essentielles, qu’il s’agisse du code de la route ou du matériel utilisé.

Conseils de sécurité

  • Utilisez un vélo bien équipé et en bon état : freins, pneus, éclairage, avertisseur sonore...
  • Préférez les aménagements cyclables spécifiques : bandes, pistes, doubles-sens cyclables...
  • Respectez toujours le code de la route.
  • Restez bien sur la droite de la chaussée et évitez tout changement brusque de direction.
  • Tendez le bras pour indiquer que vous allez tourner et assurez-vous que votre manœuvre soit bien comprise par les automobilistes.
  • Le port d’un gilet rétroréfléchissant certifié est obligatoire si vous circulez hors agglomération, la nuit, ou lorsque la visibilité est insuffisante. Même lorsque la visibilité est bonne, le port de vêtements clairs ou rétroréfléchissants est conseillé.
  • Le port du casque est fortement recommandé, et il est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, qu’ils soient conducteurs ou passagers. Le port de gants est également recommandé.
  • Dans les virages, serrez à droite car les voitures ne vous voient qu’au dernier moment.
  • Soyez particulièrement prudent(e) lors du passage d’un camion : l’appel d’air risque de vous déséquilibrer.
  • Si vous pratiquez en groupe, ne roulez jamais à plus de 2 de front. La nuit, en cas de dépassement par un véhicule ou si la chaussée est étroite, placez-vous en file indienne.
  • En descente, freinez par à coup pour éviter de faire chauffer les freins. Anticipez vos freinages sur les lignes droites juste avant d’engager la courbe, une fois dans la courbe, regardez la sortie de virage.

 

Outils de prévention

 

Pour en savoir plus :

Equitation

Retrouvez ci-dessous les conseils de sécurité et les outils de prévention pour une pratique de la randonnée équestre en toute sécurité.

 

Bien choisir sa sortie

Il n’y a pas deux sorties identiques. Chacune est à définir, à préparer et à mener en fonction de son expérience, de l’expérience de son cheval et des conditions extérieures. Le label Centre de tourisme équestre vous permet de choisir un établissement spécialisé dans l’organisation d’activités de tourisme équestre, à savoir les promenades à l’heure ou à la journée, les randonnées sur plusieurs jours, etc... Label Centre de tourisme équestre

A retenir

  • Adapter la sortie à son expérience, à l’expérience de son cheval et aux conditions extérieures.
  • Le cavalier et le cheval ont besoin de s’habituer progressivement aux sorties en extérieur. Les plus expérimentés ouvrent et ferment la marche.
  • Bien choisir l’horaire et sa tenue en fonction de la météo ; prévoir un retour avant la tombée du jour.
  • Toujours prévenir quelqu’un de l’heure de son retour.

 

 

Se comporter en cavalier responsable

A retenir

  • Le contrôle du cheval avant le départ, à la pause et à l’arrivée, comporte l’inspection du corps et des membres. Inspecter aussi le harnachement et son bon ajustement.
  • Les cavaliers respectent les dispositions du Code de la route au même titre que les véhicules lorsqu’ils sont à cheval et que les piétons lorsqu’ils sont à pied. Le cavalier prévient de tout changement de direction et reste à une distance d’au moins 1 mètre des autres usagers croisés.
  • Les cavaliers veillent à respecter le milieu naturel, l’environnement végétal et la tranquillité des animaux en pâture. Il appartient au cavalier de se limiter aux chemins autorisés. Les plages peuvent être soumises à un accès réglementé.
  • On part au pas et on rentre au pas. On passe au pas et on se met en file indienne dès que qu’il y a un passage délicat. On ne trotte et ne galope que modérément, sur des sols souples avec une bonne visibilité.
  • Emporter une lampe frontale et des bandes réfléchissantes ou un gilet jaune de sécurité, en cas de temps couvert ou si un incident oblige à rentrer à la tombée de la nuit.
  • Au retour, bien s’occuper du cheval, nettoyer et ranger le matériel.
  • Les anomalies rencontrées lors de la randonnées sont à signaler au retour sur le site Suricate Suricate.

 

Les bons comportements à adopter en cas d’aléas

A retenir

  • Il faut s’arrêter en cas de chute d’un cavalier et / ou de fuite d’un cheval et rester groupés, sans courir.
  • Lorsqu’on est perdu, chercher un repère qui permet de se situer sur la carte ou consulter le GPS (de randonnée ou sur smartphone) peut aider.
  • En cas de matériel cassé, un lacet peut réparer une étrivière, une longe peut dépanner des rênes. Si un seul des deux sanglons de la sangle a rompu, il est possible de rester à cheval, au pas.
  • Si le cheval déferre, rentrer au pas, en empruntant les bas-côtés de la route, quitte à mettre pied à terre.
  •  

Outils de prévention

Pour en savoir plus :