• Transition écologique

Tendre vers un sport plus sobre en énergie

Dans cette rubrique

A la demande du Président de la République, la Première ministre, Elisabeth Borne, et la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, ont annoncé le 23 juin 2022 le lancement d’un plan de sobriété énergétique pour réduire de 10% nos consommations d’énergie d’ici 2024, et de 40% d’ici 2050. 

La consommation énergétique du sport

Selon les données du service statistique du ministère de la transition énergétique, la consommation énergétique du secteur des activités sportives, récréatives et de loisirs s’élève à 11,95TWh en 2019, soit environ 1 % des consommations de toutes les activités économiques.

Le chauffage et l’éclairage constituent les deux principaux postes de consommation énergétique dans le sport, pesant respectivement 43 % et 18 %.

Toutefois, le poids économique et, peut-être plus encore, la visibilité médiatique et symbolique du secteur, confèrent au secteur du sport une responsabilité toute particulière. Rappelons qu’en France, le secteur représente 78 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec 112 000 entreprises et 200 000 associations, qui regroupent près de 450 000 emplois. C’est aussi dans un souci d’exemplarité et profitant de la dynamique lancée par la démarche ambitieuse, en termes de transition écologique, des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, qu’Agnès Pannier-Runacher et Amélie Oudéa-Castéra ont alors décidé d’installer, le 30 août 2022, un groupe dédié à la sobriété énergétique du monde sportif. 

Un plan de sobriété énergétique du sport

Lors de l’installation du groupe de travail dédié à la sobriété énergétique du sport, les deux ministères et les principaux acteurs et représentants du monde sportif – dont le Comité National Olympique Sportif Français (CNOSF), le Comité Paralympique et Sportif Français, l’Agence Nationale du Sport, les grands évènements sportifs internationaux français dont Paris 2024, les Ligues et clubs professionnels, les élus des collectivités, les DRAJES, les acteurs économiquesont rappelé leur volonté d’une action ambitieuse. Ils ont partagé la nécessité de généraliser les bonnes pratiques, mais aussi de prendre des mesures fortes pour réduire la consommation d’énergie du secteur du sport. Des échanges et des nombreuses contributions reçues de plus de 50 acteurs représentant près de 3000 structures ont émergé 290 propositions visant à réduire de 10 % la consommation d’énergie du secteur, conformément à l’objectif fixé par le Président de la République. Afin, dans un premier temps, de préparer l’hiver 2022-2023 pour toutes et tous, et, plus largement, d’engager le monde du sport dans une vraie culture de la sobriété, 40 mesures ont été, à ce stade, priorisées dans un plan de sobriété énergétique pour le sport. Par la suite, le réservoir d’idées partagé permettra d’alimenter dans le temps ce plan d’action. Le plan de sobriété énergétique pour le sport a été présenté le jeudi 13 octobre 2022, lors du deuxième atelier « impulsion politique et coordination stratégique ».